du lee-dou des thitounes

du lee-dou des thitounes

Chow Chow

POUR CEUX QUI DECOUVRENT LE CHOW CHOW :

De la part de Po-Paï le chow-chow
Un grand salut de Po-Paï le chow-chow qui est flatté de figurer dans votre vidéo. Tous nos encouragements à Eliane qui a déjà obtenu de beaux résultats avec ses champions. Pour vous distraire, Po-Paï vous envoie l’une des mille historiettes écrites par son petit maître François (Tome 5, page 16) : Qui est le plus ours ? Qui est le plus ours ? Lui ou moi ? Je viens de lire un énième article concernant le chow-chow dans une revue. Ils se posent la question : « A-t-il donc si mauvais caractère ? » Ils se répondent : « Disons qu’il n’est pas facile ». Et ils précisent qu’il est du genre à faire ce qu’il veut quand il en a envie. Du style secret, indépendant et volontaire. Les mauvaises langues l’ont dit féroce et même perfide. Le chow est d’abord un animal distant, noble et fier. Il ignore ce qu’est la flatterie et sa personnalité est aussi complexe qu’exclusive. A force de patience, de calme et de ténacité, on le domestique. Lui, ne se laisse au demeurant, jamais asservir. Il arrive que le chow ne domine pas certaines pulsions violentes. Dans la plupart des cas, le caractère imprévisible du sujet est dû à une trop grande émotivité. Il est chien mais, par certains aspects de son physique et de sa personnalité, n’a rien à voir avec la gent canine. Il a besoin de solitude, d’indépendance, etc. J’arrête de lire car j’ai l’impression que l’on parle de moi. On dirait qu’une cartomancienne me lit dans la main. Un psychologue pourrait se servir de cette description pour établir un rapport sur moi. Même en utilisant le terme « animal ». Qui donc de nous deux est le plus ours ? Entre Po-Paï et moi, celui qui fuit le plus le monde semble être encore moi. Surtout depuis que j’écris ces livres sur Po-Paï. Jamais je n’ai eu aussi peu le temps de me consacrer aux autres. Ni l’envie surtout. Si je suis devenu ours, ce serait donc à cause de ce nounours en peluche qui aurait troqué sa tête pour celle d’un lion ? Admettons que l’on ne conteste pas le fait que je sois ours. Ce chow-chow en serait-il la cause ou la conséquence ? Si je pose la question c’est que beaucoup d’hommes prennent un animal de compagnie parce que l’espèce humaine les a déçus. Dis-moi, Catherine, comment appelle-t-on une femme capable de supporter deux nounours chez elle ? Une sainte ? François